« Peinture et astronomie au dix-septième siècle » le dimanche 2 juin à 10h30 à l’auditorium du Palais des Beaux-Arts, par François Legendre


De Caravage à Rubens, de Zurbarán à Rembrandt et chez tant de maîtres baroques, le clair-obscur jette sa part d’ombre sur les tableaux du XVIIè siècle.

À l’automne 1609, Galilée observe le ciel avec une lunette et découvre ce que personne n’avait vu avant lui: l’Univers devient plus grand, plus inconnu, plus noir. En 1609 encore, Kepler établit que les orbites des planètes sont elliptiques, en un temps où l’ellipse décentre déjà les compositions de l’art baroque. Qu’est-ce qui relie la peinture et l’astronomie au XVIIè siècle? En quoi le monde pose alors question?

image : « L’Astronome » de Vermeer